Error message

Lingotek profile ID 4 not found.
Wind Wolves Preserve
Richard Wong/Alamy

Wind Wolves Preserve

California's Central Valley
Wind Wolves Preserve
Randonnez et observez la nature dans la plus grande réserve naturelle à but non lucratif de la Côte Ouest.

Bakersfield ne disposant ni de lacs alpins ni de forêts de séquoias, vous pourriez penser que ce n’est pas le lieu idéal pour randonner et admirer la nature, jusqu'à ce que vous vous gariez sur le parking de Wind Wolves Preserve. La plus vaste réserve naturelle de la côte Ouest vous offrira des heures de randonnée (ou de VTT) au milieu de prairies dorées ondulant sous la brise, de wapitis de Tule paissant et de champs colorés de fleurs sauvages.

La réserve, financée entièrement par des dons privés par l'intermédiaire de l'organisme à but non lucratif Wildlands Conservancy, couvre plus de 37 600 hectares près de la Highway 166 au sud de Bakersfield, au-delà des vergers et des champs pétroliers autrefois destinés à l'élevage bovin. L'étendue recèle une quantité surprenante d'eau : criques, marais, zones humides et même une cascade de calcaire de 4,5 m, sans parler des bois de peupliers, et d'autres arbres à feuilles larges. Des renards véloces, des lynx, des coyotes, des daims et même quelques ours noirs vivent ici, mais vous ne croiserez aucun loup à Wind Wolves. Le nom fait référence aux herbes hautes qui oscillent au rythme du vent, et dont le son donne l'impression que ces animaux parcourent les prairies.

Le printemps est la saison la plus spectaculaire, lorsque sur les coteaux de Wind Wolves, les wyethia mollis, les coquelicots, les lupins, les lasthenias et les sisyrinchium explosent en une féérie de couleurs. Pour les admirer, suivez le court sentier Wildflower Loop Trail près du kiosque d'entrée. Toute l'année, les randonneurs peuvent partir de l'aire de pique-nique The Crossing et suivre la piste Tule Elk Trail pendant environ 1,5 km pour apercevoir le troupeau de plus de 200 élans de la réserve. Les randonneurs les plus ambitieux peuvent poursuivre pendant près de cinq kilomètres pour rejoindre la piste Reflection Pond Trail où une marre pour le bétail permet à toute la faune de s'abreuver. Depuis les points élevés disséminés tout le long de cette randonnée, vous dominerez une immense mer de pâturage, verte au printemps et dorée tout le reste de l'année. Terminez cette boucle de 11 km en retournant sur le sentier San Emigdio Canyon Trail. Pendant que vous marchez, gardez les yeux grands ouverts pour voir le menacé renard véloce de San Joaquin, adorable créature de la taille d'un chat avec de longues oreilles et un nez pointu.

Les randonneurs les plus hardis qui veulent s'aventurer plus loin dans les étendues sauvages des Wind Wolves peuvent, le week-end, emprunter la navette jusqu'au point de départ d'El Camino Viejo, à huit kilomètres au sud du parking principal. De là, vous pourrez marcher le long de ce parcours historique de chariots qu'utilisaient les premiers voyageurs entre El Pueblo et San Francisco.

Les VTTistes sont aussi les bienvenus. La piste El Camino Viejo Trail, parallèle à San Emigdio Creek est la piste cyclable la plus populaire de la réserve. Si vous souhaitez passer la nuit sur le terrain de camping San Emigdio de la réserve, des tentes sont disponibles sur réservation.

Bakersfield
Buyenlarge/Getty Images

En vedette : Bakersfield

Ville prospère du sud de la Vallée Centrale, Bakersfieldvous réserve plein de surprises. Uniquement connue autrefois pour le pétrole et l’agriculture, Bakersfield, ou Bako, comme l'appellent affectueusement ses habitants, est devenue un centre important pour les arts et la culture tout en préservant les richesses historiques de la région. La plus grande concentration de restaurants basques, dont celui du Noriega Hotel, ouvert il y a 125 ans, préserve l'héritage basque de la région. On y sert des menus style pension de famille à base de soupe de queue de bœuf et de nombreux accompagnements (des immigrants des Pyrénées espagnoles et françaises gardaient ici des moutons et plantaient des vergers à la fin des années 1800).

Focus sur les activités plus citadines de Bakersfield, dont le quartier aux nombreuses galeries, Arts District, où se trouve le Fox Theater ouvert en 1930, et où les représentations vont d’un concert pop music à un film noir. Vous y trouverez également le Buck Owens' Crystal Palace, le lieu où écouter le Bakersfield Sound, un genre de musique country très énergique. Vous en serez plus sur les pionniers du genre, comme Owens et Merle Haggard en visitant le Kern County Museum, une collection de 56 bâtiments historiques disséminés dans les jardins. Vous aurez aussi droit à une leçon sur l'industrie pétrolière californienne : Les puits du comté de Kern extraient 70 pour cent de l’« or noir » de l'État. Vous pourrez ensuite parcourir les magasins de Bakersfield’s Antique Row et ramener des souvenirs vintages, puis prendre un cocktail sur le roof top du très chic Padre Hotel.

Mais la nature environnant Bakersfield vous tend aussi les bras. Les fleurs sauvages tapissent les pâturages et les Monts Tehachapi tout proche au printemps. Admirez-les en mars et en avril dans les 37 635 hectares de la Wind Wolves Preserve, la plus vaste réserve naturelle de la Côte Ouest. Quelle que soit la période de l'année, ces vastes pâturages sont un refuge pour la faune et un lieu inspirant ou randonner ou faire du VTT.

Quartier des arts de Bakersfield
Sacramento Bee/Getty Images

Quartier des arts de Bakersfield

California's Central Valley
Quartier des arts de Bakersfield
Explorez les galeries d'art, écoutez de la musique live et vibrez dans le majestueux Fox Theater

Les trois étages du Fox Theater, avec sa tour Art déco, sont l'emblème le plus extravagant de Bakersfield, depuis le jour de l'ouverture de son terrazzo en 1930. C'est aujourd'hui le centre du quartier où foisonnent galeries et théâtres de Downtown Arts District, regroupés autour de la 19e rue et de la rue H.

Grâce aux rénovations des années 1990, l'intérieur du Fox étincelle, et ses plafonds dorés et ses murs décorés à la feuille d'or peuvent détourner votre attention de la scène où se produisent de grands groupes de musiciens. Le vendredi soir, vous aurez l'occasion de visionner des films étrangers ou des films cultes comme le Rocky Horror Picture Show sur le grand écran de 24 mètres.

Le jour où le soir, déambulez dans les galeries des immeubles qui entourent le Fox. Commencez aux Metro Galleries sur la 19e rue, où vous pourrez méditer sur les œuvres abstraites ou réalistes contemporaines de plus d'une vingtaine de peintres, de sculpteurs et d'artistes californiens spécialistes des techniques mixtes. À l'Art Center Gallery sur Eye Street, admirez les créations d'artistes locaux, ou créez la vôtre lors de cours d'art hebdomadaires pour les enfants ou les adultes. Ou plongez dans la Bellmoore Gallery « souterraine » sur Chester Avenue, tapie dans le sous-sol d'un immeuble centenaire qui abritait autrefois une boulangerie. Les murs de briques blancs lavés de cet espace, qui accueille aussi des musiciens, des artistes de scène et des défilés de mode, exposent les travaux d'artistes émergents. 

Pour assister aux dernières créations des dramaturges locaux, installez-vous au Spotlight Theatre sur la 19e rue. Vous assisterez, pour un prix modique, à une comédie burlesque ou à un drame déchirant à succès. Pour une soirée spéciale, à plus de 4 000 km de Broadway, optez pour le Stars Bakersfield Music Theatre sur Chester Avenue, où vous pourrez vous régaler d'une côte de bœuf tout en regardant une comédie musicale comme Funny Girl ou Guys and Dolls.

Des pièces de théâtre sans le moindre faux-semblant (n'oubliez pas de porter une tenue décontractée) sont jouées au Gaslight Melodrama, situé dans une vaste grange rouge à la périphérie de la ville (il s'agit de l'un des quatre seuls théâtres mélodramatiques de Californie). Le public du Gaslight aime s'amuser et sait qu'il ne faut pas dire « chuuut » : buvez une bière et grignotez des sandwichs de porc braisé pendant que vous sifflez le méchant ou encouragez le héros, et gloussez de bonheur devant les amoureux sur scène. 

Kern County Museum
Stephen Saks/Alamy

Musées de Bakersfield

California's Central Valley
Musées de Bakersfield
Découvrez l'histoire du pétrole de Bakersfield, sa musique country et western, la faune californienne unique et l'histoire des fossiles.

Peut-être est-ce en raison de la chaleur estivale dans la Vallée centrale, ou peut-être parce que ses habitants sont fiers de leur héritage, mais les visiteurs du musée de Bakersfield peuvent trouver des expositions de tout genre afin d'ouvrir leur esprit.

Commencez par flâner dans le Kern County Museum, où 56 bâtiments historiques sont répartis sur un magnifique parc paysager de plus de 6 hectares. Étape populaire ici, la maison d'enfance du chanteur country Merle Haggard, un ancien wagon de train que ses parents avaient acheté 500 $ en 1935. Vous la trouverez parmi plusieurs structures plus anciennes, dont un magasin général de 1860 où les voyageurs pouvaient acheter une baignoire pour 25 centimes, une école à une seule salle de classe, et le cabinet d'un médecin de 1882, plus un vieux moteur de la Southern Pacific, et un fourgon de queue de Santa Fe.

Dans la galerie principale du musée, vous en apprendrez plus à l'exposition « Bakersfield Sound » sur Merle Haggard et son style brut mêlant country et western qu'il a lancé avec d'autres, en réaction à la musique de Nashville, plus lisse et polissée. Passez ensuite à l'exposition « or noir », où vous apprendrez comment le pétrole (élément capital de l'économie du Comté de Kern depuis 1895) est extrait du sol, avec des machines comme les foreuses rotatives et les vérins de pompe à bascule.

Passez de l'histoire des Hommes à l'histoire naturelle en visitant le CALM, le California Area Living Museum. Parcourez les quelque 5,6 hectares du zoo, et découvrez la faune native du Golden State. Vous verrez plus de 200 animaux qui ont été blessés et ne pourraient pas survivre dans la nature, des lynx et des couguars en passant par des mouflons canadiens et des lapins d'Amérique. Vous pourrez, à l'exposition sur les rapaces, regarder un aigle chauve ou un hibou moyen-duc droit dans les yeux. Et pendant que vous êtes là, faites travailler le haut de votre corps au parcours de cordage et au mur d'escalade de près de 10 mètres.

Puis remontez le temps géologique au musée du centre-ville, le Buena Vista Museum of Natural History & Science. Branche du CALM, ce musée abrite une immense variété de fossiles de la période du Miocène entre 14 et 15 millions d'années. Des restes de lions de mer et de requins, extraits de Sharktooth Hill, au nord-est de Bakersfield prouvent qu'autrefois, la Vallée Centrale se trouvait au bord de l'océan Pacifique.

Autre lieu historique intéressant : le Parc historique d'État de Colonel Allensworth, situé à 72 kilomètres au nord de la ville. Il s’agit d’un campement du début du 20e siècle, où un groupe d’Afro-américains a tenté de créer une société utopique. Ne passez pas à côté de cet épisode surprenant de l'histoire de la Californie. Le parc comporte aujourd’hui une école, une église et d’autres structures qui ont été reconstruites.

Culture culinaire basque de Bakersfield
Jordanlye/Getty Images

Culture culinaire basque de Bakersfield

California's Central Valley
Culture culinaire basque de Bakersfield
Où, et comment manger l'unique cuisine européenne à Bakersfield.

Construit en 1893, le Noriega Hotel est le plus ancien et le plus célèbre restaurant basque de la Vallée centrale, mais les concurrents sont nombreux dans le quartier d'Old Town Kern à Bakersfield, qu'on appelle aussi le Basque Block. Il s'agit de la plus grande concentration de restaurants basques des États-Unis, et si chacun a ses spécialités, ils ont tous un point commun : la nourriture basque est servie en importante quantité.

Partout où vous irez, on vous proposera une « configuration » similaire : pain au levain, soupe au chou, sauce, légumes bouillis, langue sauce piquante et spaghetti. Tout ceci doit être consommé avant le plat principal : gigot d'agneau rôti, ragout de bœuf ou de queue de bœuf, ou poulet frit. La tâche est monumentale, même pour les plus gros mangeurs, mais c'est ainsi qu'est servie la nourriture basque de la Vallée centrale depuis le milieu du XIXe siècle, quand de nombreux Basques ont quitté leur terre entre l'Espagne et la France pour chercher fortune lors de la Ruée vers l'Or en Californie.

Si vous n'avez pas très faim, installez-vous simplement au bar et commandez un Picon Punch, le cocktail basque traditionnel à base de brandy et de grenadine avec de la liqueur d'orange amère ou parfois de jus de cerise au marasquin, et généralement décoré d'écorce de citron. Ce cocktail parvient miraculeusement à trouver son équilibre, entre l'acidulé et le sucré.

Commencez votre découverte de la culture culinaire basque au Wool Growers Restaurant sur la 19e rue, très visible grâce à son enseigne néon en forme de mouton. Ce «dinner» sans chichi des années 50 est l'un des restaurants les plus populaires de Bakersfield et sert des spécialités comme la soupe de queue de bœuf et des frites croustillant à la perfection. La salle à manger lumineuse avec des longues travées de tables est chaleureuse et animée, et contraste avec l'atmosphère genre film noir du Pyrenees Café sur Sumner Street, à deux rues de là. Le bar en bois sombre, les box en vinyle, le juke-box crépitant et le signe Budweiser au néon du Pyrenees attirent les clubs de motards, les groupes indé, tout comme ceux qui aiment l’ambiace basque du bon vieux temps. Les murs de la salle sont décorés de photos en noir et blanc des pionniers basques. Le menu du Pyrenees propose d'agréables surprises : installez-vous à l'une des tables sur la terrasse extérieure et commandez des crêpes fourrées au bacon. 

Tout proche de l'autoroute 99 et entouré de grandioses palmiers, le Chalet Basque Restaurant propose de petites tables et de petits box plutôt que de grandes tables familiales, plus adaptés aux dîners en tête à tête, mais tout le reste est traditionnellement basque. En plus du menu à plusieurs plats, le Chalet sert des escargots à l'ail que vous ne trouverez nulle part ailleurs. Et de l'autre côté de la ville, au Benji’s French-Basque Restaurant, les clients tentent de gérer leur prise de calories pendant le service pour garder de la place pour le dessert. Benji’s est plus français qu'espagnol (les cuisses de grenouilles font un tabac), mais le plat vedette est un soufflé sucré, chocolat, citron, Grand Marnier, ou framboise. Commandez-en un lorsque vous choisissez votre plat pour que les serveurs puissent prévoir quand vous le servir. En raison de sa délicatesse, votre soufflé doit être servi dès qu'il sort du four. 

Shopping à Bakersfield
Aneese/Getty Images

Shopping à Bakersfield

California's Central Valley
Shopping à Bakersfield
Les boutiques de bonbons et celles western vintage de la ville proposent des trésors exceptionnels.

Dans la région de Bakersfield, les vrais cow-boys ne font pas leurs courses au centre commercial. Ils préfèrent attacher leur cheval près de la grande botte rouge à l'extérieur d'Emporium Western Store et remplir leurs sacoches de robustes jeans et de boucles de ceintures argentées rutilantes. Ouvert il y a plus de 100 ans, l'Emporium propose des tonnes de vêtements western, et plus de 2 500 paires de bottes, le personnel connait donc son affaire sur le débat entre bout pointu et bout carré. Vous cherchez un chapeau de cow-boy ? Faites votre choix parmi plus de 2 000 références, puis demandez au responsable du magasin de vous le façonner à la vapeur, jusqu'à ce que les bords remontent exactement comme vous voulez.

Mais peut-être que vous n'aimez pas les tenues de western. Si vous êtes plus à la recherche d'articles rétro-glam comme une jupe patineuse année 1950 ou un bandeau pour les cheveux des Années folles, allez dans le quartier des antiquités, de Bakersfield, Antique Row (sur la 19ème rue, entre les rues H et R), où des magasins d’antiquités rivalisent avec des boutiques éclectiques qui abritent des dizaines d’échoppes. Trois des plus grands sont Mill Creek Antique Mall, Great American Antiques et Central Park Antique Mall, où plus de 5 500 mètres carrés vous attendent pour découvrir des articles retro. Vous pouvez aussi découvrir d'anciennes boutiques de créateurs de mode et de costumes vintage à In Your Wildest Dreams sur la 18e rue, tout près du Padre Hotel. Fouillez dans une mine d'or de meubles provenant de vente de biens immobiliers, d'œuvres d'art et de décoration d'intérieur sur Chester Avenue, chez Timeless Furnishings & Antique Gallery.

Pour une séance dîner-shopping qui vous donnera l'impression de remonter le temps, optez pour le Five & Dime Antique Mall, dans l'ancien bâtiment de Woolworth sur la 19e rue. Parcourez les trois étages d'antiquités, puis grignotez un sandwich au fromage grillé au comptoir de Woolworth à l'ambiance décontractée très années 50. L'emblématique grand magasin Woolworth a fermé ses portes en 1994, mais de nouveaux propriétaires ont repris cet immeuble Art déco pour lui redonner une nouvelle vie. Les serveurs en nœud papillon noir notent les commandes de frites au piment, dans un décor singulier, sur un sol motif damier, sur lequel se dressent des tabourets de bar en acier, et des sièges en vinyle rouge, au pied d’un escalier de style paquebot.

Aucun séjour à Bakersfield n'est complet sans une visite au Dewar’s Candy Shop, l'original sur Eye Street (cherchez le cornet de crème glacée en néon rose). Ce glacier sans prétention peut se vanter de ses préparations glacées qui étaient servies à Disneyland Resort. Elles sont préparées en petites quantités selon des recettes déjà utilisées par les propriétaires il y a presque un siècle. Malheureusement, la crème glacée ne voyage pas, alors dégustez votre sundae sur place et emportez dans votre valise avec une boîte rouge de bonbons fourrés au beurre de cacahuète de Dewar. Ces délicieuses friandises moelleuses feront un cadeau parfait, si elles parviennent à destination. 

Le Padre Hotel
Avec l'aimable autorisation de Padre Hotel

Padre Hotel

California's Central Valley
Padre Hotel
Cet hôtel-boutique de Bakersfield offre un décor western-chic voire même fantôme.

L'immeuble de Bakersfield le plus emblématique du Style renouveau colonial espagnol, le Padre Hotel, monte la garde à l'angle de 18th Street et de H Street. Il s'agit du seul établissement 4 diamants de Bakersfield. Les élégants bâtiments et les espaces communs de cet immeuble de 1928 sont un hommage au passé de Bakersfield, à commencer par la fresque de 4,5 mètres du hall représentant une sublime cowgirl qui regarde par-dessus son épaule. Les décors originaux foisonnent : des gargouilles saillent de la façade. Le toit est couronné d'une enseigne au néon scintillant. Des animaux de ferme colorés embellissent le plafond de la salle des petits déjeuners. Le papier peint est orné de chapeaux de cowboy, d'outils de de ferme et de derricks.

Vous pouvez profiter de tout ceci avec ou sans avoir réservé de chambre. Le Padre propose plusieurs restaurants, comme le majestueux restaurant de steak et de homard, Belvedere Room, le Farmacy Cafe, qui propose des petits-déjeuners à emporter, ou sur la terrasse, le salon du Prairie Fire, avec ses foyers pour les soirées d'hiver glaciales et des brumisateurs pour les chaudes nuits d'été. Autre façon de profiter de votre soirée, pourquoi ne pas aller boire un verre au Brimstone Bar and Grill, qui reprend les codes des anciens bars clandestins, lambrissé de teck foncé et estampillé d'étain au plafond, avec des tables de billard. Imaginez la balançoire en velours autrefois suspendue au plafond avec une belle femme en maillot de bain dessus.

Toutes les chambres, 112 au total, bénéficient d’un luxe ultime, grâce à une rénovation de 18 millions de dollars en 2010, qui a rendu à l'hôtel sa gloire d'antan. Vous trouverez dans ces chambres des meubles chics, des têtes de lit en cuir, des matelas à mémoire de forme et d'élégantes douches à l’italienne. Si vous séjournez plus d'une nuit, privilégiez une des chics suites du Padre, chacune avec un salon séparé, deux téléviseurs à écran plat géants et une baignoire à jets.

Le Padre Hotel a aussi connu son lot d'histoires intrigantes. Les chasseurs de fantômes jurent que le bâtiment est hanté, surtout le septième étage où les employés rapportent régulièrement avoir entendu des rires d'enfants alors que personne n'est présent. Certains attribuent les fantômes du Padre à son précédent propriétaire, l'irascible Milton « Spartacus » Miller, qui avait acheté l'hôtel en 1954. Lorsque les inspecteurs des travaux publics de la ville l'informèrent qu'il devait mettre le bâtiment en conformité avec les normes d'incendie, Milton Miller en fut si contrarié qu'il accrocha un panneau de protestation à l'extérieur du Padre et plaça un faux missile sur le toit, dirigé vers la mairie (le missile se trouve maintenant au Kern County Museum de Bakersfield). 

Wind Wolves Preserve VC_NoriegaHotel_Stock_RM_E93GP0_RT_1280x640
Ian Dagnall/Alamy

Noriega Hotel à Bakersfield

California's Central Valley
Noriega Hotel à Bakersfield
Ce classique restaurant basque est un incontournable de Bakersfield

En s'installant à Bakersfield, au début du XIXème siècle, pour chercher de l'or et élever des moutons, les Espagnols ont apporté leur goût pour l'agneau rôti, le ragout de queue de bœuf et la baguette française. Si le temps des bergers est (pratiquement) révolu, la tradition de la cuisine basque persiste à Bakersfield. Peu de lieux restent aussi fidèles à la tradition que le Noriega Hotel, l'ancienne et toujours très fréquentée pension de famille fondée par les expatriés basques en 1893, près des voies ferrées de la ville.

Appelé en ville Noriega's, le restaurant s'anime avant le repas au bar, lorsque les patrons écoutent de la musique, discutent et sirotent un Picon Punch (un cocktail basque). Au moment de s'asseoir, installez-vous à l'une des longues tables communales, où chaque repas débute par des hors-d'œuvre à partager, des salades , ou plus original, du fromage frais à la mayonnaise et sauce piquante. Arrivent ensuite des assiettes de plats classiques basques comme la paella, le ragoût d'agneau, le bacalao (un plat de morue salée originaire du Pays Basque) et le poulet frit avec de l'ail fraîchement haché. Des miches de pain français et des morceaux de fromage bleu comblent l'attente entre les plats. Le tarif du repas est unique et comprend le vin rouge, servi à volonté, un café, un thé ou du lait pour ceux qui ne boivent pas d'alcool. 

En 2011, Noriega's a attiré l'attention de la James Beard Foundation, qui a décerné à l'institution, dirigée par la même famille depuis 1931, le titre de classique américain. « Nous en avons été très surprises, » dit Linda Elizalde-McCoy, propriétaire du Noriega's avec sa sœur Rochelle Ladd. « Ils ont reconnu que nous avions effectivement quelque chose de différent ». Le New York Times, le Los Angeles Times et le L.A. Weekly ont également salué ce restaurant animé et ses 120 couverts. (Linda Elizalde-McCoy remarque que l'été amène davantage de touristes, mais les gens du coin remplissent la salle toute l'année.) Bien que la tradition du Noriega's soit celle d'une époque d'avant les régimes sans gluten, la plupart des restrictions diététiques peuvent être respectées : des omelettes sont proposées aux végétariens qui mangent des œufs, et ceux qui ne peuvent pas consommer de farine peuvent opter pour le poulet rôti, plutôt que le poulet frit.

Le déjeuner est à 17 $ par personne, le dîner à 22 $, le tarif pour les enfants dépend de leur âge, un dollar par an, jusqu'à 8 ans pour le déjeuner et 12 ans pour le diner. Les réservations sont conseillées.

Wind Wolves Preserve VC_HiddenGems_BuckOwensCrystalPalace_Supplied2_1280x641
Avec l'aimable autorisation de la Buck Owens Private Foundation

Buck Owens’ Crystal Palace

Buck Owens’ Crystal Palace
Découvrez le Bakersfield Sound et l'héritage honky-tonk de la ville

Pour les amateurs de musique, Bakersfield est bien plus qu'un important centre agricole. Cette ville de la Vallée centrale, et le Buck Owens’ Crystal Palace en particulier, est le vaisseau mère d'un genre musical à part entière. Tout a commencé en 1930, lorsque le Dust Bowl a attiré en Californie des fermiers d'Oklahoma, du Texas, du Colorado et d'autres états, et qu'ils ont apporté leur propre esthétique musicale rurale. Des bars honky-tonk ont commencé à fleurir autour de Bakersfield, et à la fin des années 50 et 60, quelques musiciens locaux, à savoir Buck Owens et Merle Haggard, natifs du Texas, mais dont les parents étaient originaires d'Oklahoma, ont popularisé un genre de musique country plus rock et moins fabriquée, qui s'est largement fait connaitre comme le Bakersfield Sound.

Mais Buck Owens n'a pas simplement créé le son qui a influencé des générations de musiciens de rock et de country, de Creedence Clearwater Revival à Dwight Yoakam. Il a aussi créé un monument musical dynamique pour le préserver. En 1996, Buck Owens a ouvert le Buck Owens’ Crystal Palace, à la fois music-hall, bar et restaurant de 550 places, et musée. Situé tout près de la Highway 99, au cœur de Bakersfield, le Palace transporte les visiteurs dans un Far West scénarisé (imaginez des façades typiques de boutiques de Western, avec les portes de saloon battantes, le bureau du shérif et même une prison) et propose un calendrier complet de soirées mettant à l'honneur la musique country brute.

Certains des plus grands noms de la country, de Willie Nelson à Brad Paisley, ont improvisé des boeufs au Palace, et tous les soirs de semaine, vous trouverez des clients faisant des pas de deux ou dansant en ligne toute la nuit, avant de dîner d'une cuisine simple à base de steak de poulet frit, et de faux-filet de mesquite fumée, et de passer en revue l'immense collection de souvenirs de musique. (Le véritable fleuron se trouve au-dessus du bar : la Pontiac décapotable de Buck Owens, avec des cornes de bœuf sur la calandre). Vous pouvez aussi côtoyer les plus grands noms qui l'ont influencé, dont Elvis, Johnny Cash et Hank Williams, et qui sont immortalisés sous la forme de statues de bronze taille réelle. 

Hear the Bakersfield Sound, Live
Écoutez en live le Bakersfield Sound
Buck Owens, star de la musique country, a rencontré un très grand succès avec le titre « The Streets of Bakersfield ». Il a ouvert cette salle de concert dans la ville du même nom pour mettre à l'honneur le genre musical rock-country, plus connu sous le nom de Bakersfield Sound.